14 mai 2021

Cher journal, l’hiver s’éloigne à grands pas et le printemps s’installe avec ses odeurs fleuries. La neige et le froid ne sont plus que souvenirs déjà flous, c’est incroyable comme la nature est résiliente. Déjà les oisillons sortent de leur nid, avec eux la vie prend son envol, et j’ai bien, moi aussi, l’intention de m’éloigner de cette chambre si longtemps occupée. Voltiger de terrasses en forêts, embraser de grands feux de joie, retrouver mes amies et faire enfin de nouvelles rencontres, migrer vers un ailleurs inconnu, voilà un programme réjouissant. J’ai malgré tout comme une intense boule au ventre, et le goût âcre, métallique, du sang dans ma bouche me laisse à penser que tout cela ne sera pas si simple…

L’inédit de la semaine : My Own Home

Le chant de la sirène…

Restons encore un peu dans le Livre de la jungle, avec aujourd’hui une version de My Own Home, qui clôture le film de Walt Disney. Encore une magnifique mélodie signée des frères Robert & Richard Sherman, jouée en trio, tout simplement. On n’a qu’à dire que Fred c’est Baloo, Matthias serait Bagheera, et du coup faut visualiser Sylvain en slip rouge pour Mowgli… Mouais, pas sûr que ça facilite votre écoute… En tous cas, pour nous aider à digérer les paroles originales de cette chanson, nous faisons appel ci-dessous à Susan Sontag, qui nous propose un autre parcours tout à fait réjouissant ! Si tu veux, tu danses, avec qui tu veux [cœur].

The Saturday Review, 23 septembre 1972

(…) Women have another option. They can aspire to be wise, not merely nice; to be competent, not merely helpful; to be strong, not merely graceful; to be ambitious for themselves, not merely for themselves in relation to men and children. They can let themselves ago naturally and without embarrassment, actively protesting and disobeying the conventions that stem from this society’s double standard about aging. Instead of being girls, girls as long as possible, who then ago humiliatingly into middle-age women and then obscenely into old women, they can become women much earlier – and remain active adults, enjoying the long erotic career of which women are capable, for longer.

Susan Sontag, The Double Standard Of Aging

(…) Les femmes ont une autre option. Elles peuvent aspirer à être sages, et pas simplement gentilles ; à être compétentes, et pas simplement utiles ; à être fortes, et pas simplement gracieuses ; à avoir de l’ambition pour elles-mêmes, et pas simplement pour elles-mêmes en relation avec des hommes et des enfants. Elles peuvent se laisser vieillir naturellement et sans honte, protestant ainsi activement, en leur désobéissant, contre les conventions nées du “deux poids, deux mesures” de la société par rapport à l’âge. Au lieu d’être des filles, des filles aussi longtemps que possible, qui deviennent ensuite des femmes d’âge moyen humiliées, puis des vieilles femmes obscènes, elles peuvent devenir des femmes beaucoup plus tôt – et rester des adultes actives, en jouissant de la longue carrière érotique dont elles sont capables, bien plus longtemps.

Gros bisous,
Frédéric, Matthias & Sylvain.

Susan Sontag’s Double Standard remastered

3 commentaires

    1. Oups….erreur d’envoi pour le 1er commentaire.
      Merci les Amis, c’est magnifique merveilleux … l’enchantement de vos souffles…les mots de Susan Sontag.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s