1er octobre 2021

Cher journal, d’un souffle.. émotions contradictoires.. d’un souffle.. naissance, néant.. implosion, expulsion.. pour la transe : inspirer, expier.. deux souffles.. .. en cas d’alarme, tirer sur les poumons, étirer les alvéoles, d’un souffle faire vibrer les cordes, d’un son accéder à l’Éther.. créer le cosmos dans la vibration d’un souffle, l’abandonner.. avec ses regrets.. revenir à la surface, au milieu de l’écume.. quitter la mélancolie, bannir la peine, soigner l’amertume.. d’un souffle rejoindre la pulsation.. d’un souffle.. d’un souffle..

L’inédit de la semaine : Chronique Akashique, fragment n°7

Transbreath-Express

Après la Pianoless Failure et le Noctambularium Tremens, on continue d’explorer l’imaginaire du trio avec aujourd’hui une Chronique Akashique, fragment n°7. Avec Frédéric aux ciseaux, c’est presque un Drumless Noctambularium, mais en différent, surtout au niveau des formes et des couleurs. Là, si tu demandes comment ça se danse, on t’inscrit illico aux championnats du monde de la mauvaise foi : vues tes chorés-vidéos-mythos que tu nous envoies sur les autres titres, aujourd’hui c’est l’autoroute du groove pour ton dance-fleur. Accroche ta ceinture connectée, règle tes rétroviseurs sur onze, préviens tes voisins sourds, les Draft Plunks sont déjà de retour, et ils ont faim de transe !

♡ Bienvenue aux nouvelles/aux Tipeuses/eurs du blog (toutes les infos ici), qu’iels soient ici infiniment remercié.e.s : Nathalie & Fabien.

Underland : A Deep Time Journey

(…)
Sous le frêne se déploie un labyrinthe.

S’enfoncer à travers les racines, à travers un passage de pierre lisse qui plonge dans les profondeurs. Les couleurs s’estompent et bientôt ne subsistent que des gris, des bruns, des noirs. Un courant d’air glacé remonte le passage. Au-dessus, de la roche solide – de la matière pure. Le monde d’en haut devient presque impensable.

Emprunter ce passage. Le labyrinthe se fait plus complexe. Des boyaux latéraux mènent à d’autres tunnels. On peine à se diriger. Quelque chose d’étrange affecte l’espace, et la temporalité aussi. Le temps du sous-sol n’est pas le temps de la surface. Ici il s’épaissit, s’agglutine, tourbillonne, se presse et ralentit.

Le passage bifurque une fois, puis deux, il rétrécit – et s’ouvre sur une salle aux proportions inattendues. A présent le son vibre, résonne. Les parois d’abord semblent tout à fait nues, puis il se passe quelque chose d’extraordinaire. Peu à peu surgissent de la pierre des scènes du monde souterrain, que des siècles séparent mais qui s’unissent en un même écho.
(…)

Robert Macfarlane
Traduction Patrick Hersant

Gros bisous,
Frédéric, Matthias & Sylvain.

 » Quelque chose d’étrange affecte l’espace (…) « 
ENORME merci aux Tipeuses/eurs de cette semaine :
Marionette & ses moutons, Anouck & Nicolas, Odile & Christian, Gilles & Dominique, Claude & Cédric, Didier, Kali, Céline & José, Geneviève & Laurent, Lydie & Jean-Georges, Anne & François, Catherine & Daniel, Anne-Laure, Maarite & Charles, Jeanloulou, Anja, Estelle & Antoine, Nathalie & Fabien.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s