19 novembre 2021

Cher journal, quand la douceur automnale s’éloigne dans une brume opaque et vaporeuse, quand le jour cède prématurément son après-midi à l’obscurité teintée de la nacre sélénite, quand les vitrines scintillent au rythme du ballet anarchique des automobiles frémissantes, je ressens l’appel impérieux de la fête. Mais la fatigue est là aussi, elle prend ses quartiers, cherche à s’imposer. Ne pas se laisser envahir. Bouger, faire circuler l’énergie, rester tonique, alerte et vive, vivante. Danser, encore, vigoureusement, encore, généreusement, encore. Danser, toujours.

L’inédit de la semaine : Swaag At Club

Chante, danse et mets tes baskets…

Retour en trio pour une danse sauce chutney-menthe, so british, avec ce qu’il faut d’épices penjabies : voici Swaag At Club qui vous souhaite la bienvenue à l’anglaise, en Hindi. Vestiges d’un travail préparatoire, il s’agit d’une sorte de préquel à Chicha Club, peut-être arriverez-vous à reconnaître les connexions, nous on trouve que c’est tout pareil, en différent… Sur une idée originale de Matthias, une proposition de montage de Sylvain, le tout mixé-bouncé par Frédéric, un vrai travail collectif ! Cravate sous le gilet, veste à carreau, kilt et rien dessous, te voilà d’attaque pour la séance PC (personal clubbing) du vendredi. Swaaaaaag !

Ce que je pense de la danse

Je place aussi, dans mon école, des formes de jeunes filles dansant, courant, sautant ; ces jeunes filles de Sparte qui, dans les gymnases étaient entrainées aux durs exercices, afin qu’elles puissent devenir les mères de guerriers héroïques ; ces légères coureuses qui prenaient part aux jeux annuels, exquises images de terre cuite, aux voiles volants, aux vêtements flottants ; jeunes filles dansant la main dans la main, aux Panathénées. Elles représentent le but futur à atteindre ; et les élèves de l’école, apprenant à ressentir un intime amour de ces formes, s’efforcent chaque jour à leur ressembler, s’imprègnent chaque jour un peu plus du secret de cette harmonie ; car je crois que c’est seulement en éveillant la ferme volonté, de la beauté, qu’on peut obtenir la beauté.

Isadora Duncan

Gros bisous,
Frédéric, Matthias & Sylvain.

Dames en bleu
Fresque anonyme, XVème siècle av. J.-C.
ENORME merci aux Tipeuses/eurs de cette semaine :
Marionette & ses moutons, Anouck & Nicolas, Odile & Christian, Gilles & Dominique, Claude & Cédric, Didier, Kali, Céline & José, Geneviève & Laurent, Lydie & Jean-Georges, Anne & François, Catherine & Daniel, Anne-Laure, Maarite & Charles, Jeanloulou, Anja, Estelle & Antoine, Nathalie & Fabien, Sufei.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s